S.I.Lex fait peau neuve !

Monarch_C
Première mue pour S.I.Lex !

Comme vous l’aurez remarqué, j’ai décidé de changer le thème du blog, mais pas seulement pour des raisons esthétiques.

En effet, depuis quelques temps, je sentais un décalage entre le contenu des billets que je postais et la teneur de la veille que j’effectue et des parcours que j’emprunte sur Internet.

Etant donné que les billets que je publie sur S.I.Lex sont assez longs en général, je n’avais pas le temps d’écrire sur tout ce qui me semblait important et j’avais la sensation désagréable de « passer à côté » de pas mal de choses. Certes, je stocke tous ces éléments grâce à un compte Delicious, qui me sert de « mémoire numérique », mais j’aurais également voulu pouvoir glisser vers une logique d’annotation rapide de mes lectures en ligne ou apporter des compléments sur certains billets, en fonction des nouvelles évolutions et des découvertes sur la Toile. Les commentaires des lecteurs sur les billets apportent aussi beaucoup et me donnent aussi souvent envie d’apporter des compléments ou de nuancer certains billets.

Bref, il me fallait un outil plus souple et plus concis que le blog en lui-même. Depuis quelques semaines, j’ai ouvert un compte sur Twitter et j’avoue que j’ai été bluffé par cet outil, qui permet justement à la fois de repérer beaucoup d’informations (et notamment en matière juridique) et de la rediriger vers d’autres utilisateurs, tout en offrant un cadre de discussion. Mais la limite des 140 caractères de Twitter est un peu trop drastique parfois !

Après bien des tentatives et des désappointements, j’ai fini par trouver un outil intermédiaire, entre le signets, le blog et Twitter, qui convient à ce que je veux faire : Tumblr.Il s’agit d’un petit outil de blog rapide, sans limite de taille, qui permet à la fois de poster des billets, des liens, des citations, des images, des vidéos, de manière très souple et rapide (notamment grâce à un bouton que l’on peut insérer dans sa barre d’outils).

Du coup, j’ai ouvert un profil que j’ai appelé Les Eclats de S.I.Lex, et que je destinerai à la rédaction de brèves d’actualités et au signalement

Tumblr : un outil épatant d'annotations et de commentaire en ligne
Tumblr : un outil épatant d'annotations et de commentaire en ligne

de ressources trouvées sur Internet. Vous retrouverez ces informations « à la volée » à droite des billets de S.I.Lex, récupérées grâce à un fil RSS. Sur le blog S.I.Lex en lui-même, je continuerai à poster des billets de fond et d’analyse. Par ailleurs, les Eclats de S.I.Lex sont automatiquement renvoyés sur Twitter (tout est dans tout et réciproquement !). Pour vous abonner au fil RSS des Eclats de S.I.Lex, c’est ici.

Je dois dire que cette évolution doit beaucoup à la lecture de ce billet du Taiseux Bavard (Daniel Bourrion) sur la notion de sédimentation (voir aussi cette présentation). La veille, l’écriture, la réflexion, le débat sur Internet se construisent par étapes, dans un processus d’enrichissements et d’apports successifs. Les billets de blog sont une étape importante, celle de la précipitation des composés volatils que l’on a pu glaner ici ou là, mais les étapes en amont (recherche, collecte, annotations) et en aval (mises à jour, discussions, réutilisation des contenus) n’en sont pas moins intéressants. La lecture des blogs m’apportent personnellement beaucoup, mais j’apprécie tout particulièrement les personnes qui acceptent de « soulever le capot de la machine » et de donner à voir leurs sources dans des Univers Netvibes, leurs parcours dans Delicious, leurs réactions à chaud dans Diigo … etc (je vous conseille à ce sujet de visiter le blog de Richard Peirano/Jadla Relation, Transformation, Partage, et tout les éléments qui gravitent autour).

Mon activité d’écriture principale reste sur S.I.Lex, mais vous pouvez également ailleurs retrouver d’autres strates sédimentaires :

  • Sur Netvibes : Univers de veille, qui est devenu pour moi un outil de travail quotidien et la source à laquele je puise quasiment toutes mes informations.
  • Sur Delicious : mes parcours et ma mémoire, résultats du travail de sélection, avec un premier stade de traitement réalisé par le biais du classement et de l’indexation par tags
  • Sur Tumblr (Les Eclats de S.I.Lex) : Annotations, réactions, mises en exergue et premier niveau d’analyse au plus près de l’actualité, mise à jour des billets publiés sur S.I.Lex
  • Sur WordPress (blog S.I.Lex) : L’espace d’analyse, de réflexion et de discussion grâce aux commentaires des billets.
  • Sur Twitter : pour engager ou prolonger la discussion, pour récupérer des éléments de veille …
  • Sur Babelio : une sélection d’ouvrages sur le droit d ‘auteur,  le droit de l’information et d’internet, le droit de la culture.

C’est un peu « kaléidoscopique », mais grâce à Tumblr, je pense avoir trouvé un dispositif satisfaisant.

Si vous aussi, vous avez rencontré les mêmes difficultés pour organiser votre activité sur Internet, les commentaires vous sont bien sûr ouverts, et je serais très curieux de savoir comment vous avez trouvé une solution.

A mon avis, ce qui vaut à titre individuel vaut aussi pour les institutions, et s’il y a beaucoup de bibliothèques qui ont un blog aujourd’hui, on trouve peu d’établissements qui déclinent ainsi les facettes de leurs activités numériques et qui « donnent à voir » la sédimentation progressive de leur travail.

Peut-être une piste à creuser ?

La bibliothèque 2.0 est une réalité (en France, aujourd’hui) : une webographie sur la question

bwow2
Une bibliothèque .. sur World of Warcraft !

Une fois n’est pas coutume, mais je m’éloigne pour un post des thématiques juridiques habituelles de S.I.Lex. A l’occasion de la préparation d’une formation « Technologie et Bibliothèques » que je dois donner la semaine prochaine à l’ENACT de Nancy, je me suis plongé dans les pratiques des bibliothèques françaises (et notamment les établissements territoriaux) pour essayer de cerner l’ampleur de l’appropriation des technologies 2.

Et je dois dire que j’ai été très agréablement surpris par le résultat de cette investigation. Il y a deux ans, lorsque j’étais à l’ENSSIB, la notion de Bibliothèque 2.0 était plus un buzzword qu’une réalité tangible et l’on citait encore beaucoup d’établissements étrangers (Ha, la fameuse Hennepin County Library !) dans les présentations qui abordaient cette question.

Il me semble que cette époque est révolue et que les bibliothèques françaises ont pris un vrai tournant 2.0, avec pour certaines le développement d’une véritable stratégie de services 2.0. Lire la suite