Les Archives nationales montrent la voie de l’Open Data culturel !

Lentement (mais sûrement), les choses sont en train de bouger dans le monde culturel en faveur de l’ouverture des données. J’ai déjà eu l’occasion d’écrire à ce sujet en avril dernier à propos de l’évolution graduelle des politiques des bibliothèques, mais c’est du côté des archives publiques qu’une excellente nouvelle est tombée cette semaine : les Archives nationales ont adopté un nouveau règlement appliquant un principe de gratuité par défaut pour la réutilisation des informations publiques qu’elles détiennent (voir l’article écrit par Marc Rees sur NextINpact à ce sujet).

Cette décision est loin d’être anodine, à plus d’un titre. Rappelons tout d’abord que si les administrations françaises sont soumises depuis le vote de la loi République numérique l’an dernier à un principe « d’Open Data par défaut », ce n’est pas le cas des institutions culturelles qui relèvent encore d’un régime d’exception. La loi Valter, adoptée quelques mois avant la loi Lemaire, a certes fixé un principe de gratuité, mais en ménageant la possibilité pour les bibliothèques, archives et musées de continuer à percevoir des redevances de réutilisation pour les « informations issues des opérations de numérisation des fonds et des collections […] et, le cas échéant, sur des informations qui y sont associées lorsque ces dernières sont commercialisées conjointement« . Cela signifie que la réutilisation des reproductions numériques produites par ces établissements, ainsi que les métadonnées associées, peut continuer à être monnayée.

Mais les Archives nationales ont précisément fait le choix de ne pas appliquer ce régime dérogatoire et d’abroger leur précédente grille de tarifs datant de 2010. Cela signifie que la libre réutilisation devient la règle pour « les documents librement communicables à tous et sur lesquels des tiers ne détiennent pas des droits de propriété intellectuelle. » Il persistera bien des exceptions à ce principe, mais elles découlent logiquement de la législation en vigueur. Elles concernent : «  les documents qui ne sont pas encore librement communicables au regard du code du patrimoine ou d’autres dispositions législatives, les documents d’origine privée conservés aux Archives nationales mais dont l’accès ou l’exploitation sont soumis à restrictions ainsi que les œuvres de l’esprit qui ne sont pas encore tombées dans le domaine public. » Ce dernier passage est d’ailleurs important, car on en déduit a contrario que la gratuité concernera bien les oeuvres du domaine public. Il ne s’agit donc pas uniquement d’une politique d’Open Data, limitée à des informations, mais aussi d’un Open Content. Les Archives nationales avaient déjà commencé à s’engager dans cette voie grâce à un partenariat conclu avec Wikimedia France pour la libre diffusion de plus de 500 documents numérisés remarquables issus de leurs collections. On devrait logiquement assister à présent à une amplification de cette politique, qui est déjà la norme aux Etats-Unis ou en Allemagne.

Les Archives nationales sont déjà présentes sur Wikimedia Commons.

Les Archives nationales tirent aussi les conséquences du mécanisme d’Open Data « à la demande » mis en place dans la Loi Lemaire. Elles précisent en effet qu’elles seront « tenues de satisfaire les demandes faites au titre du droit d’accès, donc de remettre, le cas échéant, des copies des documents dès lors qu’ils sont librement communicables« . Cela signifie que si des copies numériques de documents existent, les AN seront obligées de les fournir aux demandeurs qui bénéficieront alors « d’un droit non exclusif et gratuit de libre réutilisation à des fins commerciales ou non, dans le monde entier et pour une durée illimitée« . On notera que les AN ont par contre fait le choix de ne pas appliquer de licence particulière à leurs données (comme la Licence Ouverte d’Etalab ou l’ODbL, par exemple). C’est tout à fait possible, les licences de réutilisation étant facultatives lorsque la réutilisation est gratuite. Ce sont les règles de base du Code des Relations entre le Public et l’Administration qui s’appliqueront par défaut, ce qui revient dans les faits à peu près aux mêmes conditions que la Licence Ouverte (libre réutilisation à charge de citer la source des données).

La décision des Archives nationales de passer à un Open Data par défaut a une portée symbolique importante, car le domaine des archives publiques est certainement l’un de ceux pour lesquels la réutilisation a soulevé jusqu’à présent le plus de crispations. Au niveau des archives départementales, un conflit a même éclaté avec la société de généalogie NotreFamille.com (rebaptisée depuis l’an dernier Filae) à propos de la réutilisation des données d’état civil. Cette querelle a même fini par dégénérer en contentieux et elle a encore connu des rebondissements après le vote de la loi Valter. Résultat : rares sont les archives municipales et départementales à s’engager dans des politiques d’Open Data aujourd’hui. En matière d’archives, l’essentiel de l’effort de numérisation au plan national a pourtant été porté par les départements et les Archives nationales, paradoxalement, ne sont pas aussi avancées en la matière que peut l’être la Bibliothèque nationale de France. Mais l’application de la gratuité par défaut aux AN reste un message important envoyé à l’ensemble de la sphère des archives, et même au-delà.

Plusieurs signes ces derniers mois montrent que les mentalités sont lentement en train d’évoluer dans le champ culturel. En mars dernier, le lancement du portail France Archives mis en place par le SIAF avait déjà été l’occasion de faire passer en Open Data les données d’inventaire des Archives nationales et départementales. Les choses avancent aussi en matière d’Open Content, comme le montrent par exemple les Archives des Hauts-de-Seine, qui ont publié ce mois-ci sous Licence Ouverte près de 2000 cartes postales numérisées sur le portail Open Data du département. Mais la nouvelle la plus spectaculaire en matière d’Open Data culturel est venue ces derniers jours de Toulouse. Les Archives municipales de la ville rose s’étaient déjà montrées pionnières en libérant dès 2013 leurs données et leurs contenus numérisés. A la fin du mois de juin, le Conseil municipal a décidé d’étendre cette politique à l’ensemble des établissements culturels de la ville : archives, musées et bibliothèques. Les données produites par ces institutions sont placées sous licence ODbL (avec une clause de partage à l’identique), tandis que les reproductions d’oeuvres du domaine public sont complètement ouvertes. C’est la première fois en France, à ma connaissance, qu’une politique globale d’Open Data culturel est appliquée à l’échelle d’une ville.

Des reproductions 3D d’objets conservés au Musée Saint-Raymond de Toulouse, librement réutilisables sur la plateforme Sketchfab.

Ce que ces exemples montrent, c’est qu’un nombre croissant d’établissements culturels font à présent le choix de ne pas appliquer le régime dérogatoire en matière de réutilisation que la loi Valter avait pourtant aménagé pour eux. J’avais déjà écrit en avril dernier un billet à propos de l’évolution sensible en faveur de l’ouverture que l’on constate du côté des bibliothèques. Près de la moitié d’entre elles pratiquent à présent la libre réutilisation des contenus qu’elles numérisent, notamment les bibliothèques universitaires et de recherche. Le secteur culturel le plus en retard en France en matière d’ouverture reste celui des musées. Cela s’explique en partie à cause de l’influence d’un établissement comme la RMN (Réunion des Musées Nationaux) dont l’agence photographique continue à commercialiser les reproductions des oeuvres du domaine public des musées pour lesquels elles numérisent les collections.

Mais on commence à voir que ce modèle de commercialisation des données arrive à bout de souffle. La ville de Paris a par exemple fait un choix similaire en confiant la gestion de ses fonds numérisés à une institution privée : la Parisienne de photographie. Or cette dernière connaît visiblement des problèmes de rentabilité suffisamment sérieux pour que sa suppression soit envisagée par la ville. Ces difficultés financières n’ont à vrai dire rien de surprenant, car on sait que la RMN est elle aussi lourdement déficitaire et qu’un trou inquiétant se creuse chaque année un peu plus dans son budget…

Le « trou de la RMN » tel que révélé par une question parlementaire en 2015.

Si les établissements culturels renoncent de plus en plus par eux-mêmes à lever des redevances de réutilisation sur leurs données, c’est qu’ils se rendent compte qu’il ne s’agit pas d’une manière pérenne de financer leurs activités de numérisation. La rentabilité n’est tout simplement pas au rendez-vous, tandis que les « dégâts collatéraux » provoqués par ce type de politiques sont importants. On pense notamment à la réutilisation des images par les chercheurs dans les articles publiés dans des revues scientifiques, qui se trouve fortement entravée lorsque le paiement de redevances est imposé.

De ce point de vue, les institutions culturelles doivent se rendre compte qu’elles sont dans une situation absolument identique à toutes les autres administrations : en dehors de quelques exceptions limitées, les données publiques n’ont qu’une faible valeur d’échange, alors qu’elles ont une forte valeur d’usage. Appliquer des redevances revient à neutraliser l’essentiel de cette valeur d’usage, sans être en mesure de dégager des ressources propres suffisantes pour auto-financer les activités des établissements. Et cela peut même s’avérer un piège redoutable, comme le montre ce qui est train d’arriver à la Parisienne de photographie, qui joue à présent sa survie pour avoir défendu ce modèle de marchandisation du patrimoine…

C’est ce constat lucide sur la valeur des données, fait notamment par le rapport Trojette en 2013, qui a conduit à la consécration du principe d’Open Data par défaut dans la loi Lemaire. Le Conseil National du Numérique avait d’ailleurs explicitement recommandé de ne pas faire d’exception pour les données culturelles et de les réintégrer dans le droit commun. La loi Valter en a décidé autrement, mais elle risque à présent de subir une forme d’abrogation par l’usage. C’est à mon sens une fatalité à long terme, car les redevances de réutilisation ne constituent pas en réalité un modèle économique, mais un modèle idéologique, lié à une tradition solidement ancrée dans notre pays de contrôle de la culture en complet décalage avec les réalités de l’économie de l’abondance.

Comme l’atteste la décision des Archives nationales, les établissements culturels peuvent faire le choix de dépasser cette vision passéiste de leur rôle. C’est la première fois qu’une institution de cette envergure adopte une politique générale d’Open Data et cela marque sans doute un jalon. Au niveau national, la Bibliothèque nationale de France (BnF) pratique déjà l’Open Data pour ses données bibliographiques placées sous Licence Ouverte depuis 2014. Mais les reproductions d’oeuvres du domaine public diffusées par la bibliothèque numérique Gallica font toujours l’objet de redevances de réutilisation. Et du côté des musées, force est de constater qu’aucun établissement national ne s’est pour l’instant engagé dans une politique d’ouverture, alors même que les exemples étrangers commencent à devenir significatifs (le Metropolitan Museum en a apporté la preuve en février dernier en libérant 375 000 images). On attend également à présent de voir quelles seront les orientations du nouveau Ministère de la Culture en la matière, car l’Open Data culturel constitue à l’évidence un enjeu national.

***

Les Archives nationales ont été créées à la Révolution française par la loi du 7 messidor de l’An II qui affirmait un principe de libre consultation des documents d’archives reconnu à tous les citoyens. Plus de deux siècles plus tard, une nouvelle page de cette histoire se tourne avec le passage à un principe de libre réutilisation des données, qui constitue le prolongement moderne de cette philosophie républicaine.

3 réflexions sur “Les Archives nationales montrent la voie de l’Open Data culturel !

  1. Clair

    Bonjour
    Je reviens sur votre phrase « Les Archives nationales ont été créées à la Révolution française par la loi du 7 messidor de l’An II qui affirmait un principe de libre consultation des documents d’archives reconnu à tous les citoyens. »
    Il faut bien lire cette loi qui dit en fait dans son article 37 : » « tout citoyen pourra demander dans tous les dépôts, aux jours et heures qui seront fixés, communication des pièces qu’ils renferment. » (article 37). Or, ces « dépôts » ne contenaient pas les archives de la République naissante mais celles du régime précédent. Ce qui change bien les choses !
    Ce texte dit « vous pouvez consulter les archives, mais celles de ceux qui nous ont précédés ». La loi ne disait rien sur les archives créées par le nouveau régime…
    Donc, cet idéal vers lequel on tend maintenant est bien une conception nouvelle.
    Bonne journée
    Sylvie Clair

  2. Ping : Les Archives nationales passent à la gratuité – Criminocorpus

  3. Ping : Un nouveau règlement aux aux archives nationales facilite le réusage de leurs données |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s