Licences libres et crowdfunding : une combinaison gagnante !

La question revient souvent à propos des licences libres de savoir si elles sont réellement capables de s’articuler avec des modèles économiques viables pour la production de biens culturels, autrement que par le système de monopole exclusif du droit d’auteur « classique ».

La semaine dernière, j’ai reçu par la Poste une preuve tangible que de tels modèles économiques peuvent exister, en associant licences libres et crowdfunding (financement participatif), ce système dans lequel le créateur demande en amont au public de contribuer à la réalisation d’un projet en donnant une somme d’argent laissée à son appréciation.

Vous vous souvenez peut-être qu’en mai dernier, j’avais écrit un billet à propos du projet de la dessinatrice et activiste de la Culture libre, Nina Paley, qui avait utilisé le site de crowdfunding américain Kickstarter pour lancer un appel aux dons en vue de publier des minibooks mettant en scène ses deux personnages de BD, Mimi & Eunice, dans des strips en trois cases traitant de la propriété intellectuelle et de ses excès (Intellectal Pooperty).

L’originalité du projet résidait dans la « licence » retenue par Nina Paley pour ses ouvrages : le Copyheart qui se résume à ceci :

♡ Copying is an act of love. Please copy.

Nina Paley demandait 3000 dollars pour imprimer les minibooks et les envoyer sous forme de récompense à ses contributeurs.

Cet objectif a été atteint en… deux jours (!!!), puis très largement dépassé pour permettre d’imprimer 10 000, puis 20 000 minibooks, avec au total plus de 8000 dollars collectés par le biais des dons de 305 personnes.Visiblement le plus difficile fut d’arriver à expédier les BD à tous les contributeurs partout dans le monde, à cause des facéties de la poste américaine. Bravo Nina pour cette réussite !

Ayant fait un don de 25 dollars pour soutenir ce projet, j’ai eu le plaisir de recevoir la semaine dernière non pas 5 minibooks comme promis mais 15, grâce à l’argent supplémentaire récolté.

Mes quinze exemplaires d'Intellectual Pooperty, le minibook de Nina Paley (jeu de mots difficile à traduire : Impropriété Intellectuelle ? Une chose intéressante à présent serait d'ailleurs de traduire ces strips en français. Des candidats ?)

Je dois avouer que c’est avec une certaine émotion que j’ai lu ce petit livre, qui prouve qu’une création peut naître et toucher un public en dehors de tout système de protection de la propriété intellectuelle. Mais les choses ne s’arrêtent pas là, car en creusant un peu, je me suis rendu compte que d’autres projets sur la plateforme Kickstarter associent licences libres et crowdfunding, de manière souvent très inventive.

Une page recense en particulier les projets utilisant les licences Creative Commons et je vous invite vivement à la visiter.

Vous y découvrirez par exemple le projet Smarthistory, qui vise à produire des vidéos pédagogiques sur l’histoire de l’art, placées sous licence CC-BY-NC-SA, et rassemblées sur un site qui constitue un véritable manuel éducatif interactif. Cette initiative associe plusieurs musées dans le monde et a été primée aux Etats-Unis.

Plusieurs projets portent sur l’édition de livres, sous forme imprimée et/ou numérique. J’avais déjà évoqué dans un billet précédent le cas de Robert Sloan, qui a réussi à faire financer l’écriture de son premier roman par une communauté de fans, en contrepartie de le placer sous licence libre, ou celui du projet Gluejar, qui me paraît très prometteur.

D’autres exemples de projet d’édition sont particulièrement intéressants. Avec The Wise Roads, deux éducateurs ont utilisé Kickstarter pour rassembler suffisamment d’argent pour organiser un voyage éducatif le long de la côte ouest des Etat-Unis, en testant de nouvelles méthodes d’apprentissage basées sur les échanges avec l’environnement. A l’issue de cette expérience, ils écriront un manuel racontant leur périple et donnant des indications pour permettre à d’autres de mettre en place de nouveaux voyages éducatifs. Ce livre sera mis gratuitement à disposition sous licence CC-BY en version électronique et vendu en format papier.

OpenUtopia est un autre projet éditorial qui vise à produire une nouvelle traduction de l’Utopie de Thomas More, en Open Source, en Open Access, sous de multiples formats et sous la forme d’un site interactif en ligne. C’est une excellente manière de faire revivre une oeuvre du domaine public, sans l’enfermer sous une nouvelle couche de copyright, comme c’est hélas bien trop souvent le cas et je vous conseille de visiter le site, qui comporte même un WikiTopia pour écrire de manière collaborative une nouvelle utopie.

Un peu dans la même idée, transposée dans le domaine de la musique, on trouve plusieurs projets dont le but est de produire des enregistrements libres de droits de morceaux de musique classique. C’est le cas du projet Musopen, qui avait fait parler de lui en 2010, et qui consistait à rassembler suffisamment d’argent pour faire enregistrer par un orchestre de musique classique des oeuvres de Beethoven, Brahms, Sibelius ou Tchaikovsky. Les musiciens ont accepté de renoncer à leurs droits voisins sur leurs interprétations, ce qui permet de les verser dans le domaine public en utilisant la licence Creative Commons Zéro (CC0). Ce projet a connu un succès retentissant sur Kickstarter avec plus de 60 000 dollars récoltés (6 fois plus que la somme initialement escomptée…). Sur le même principe, une suite a été donnée à ce projet pour libérer les Variations Goldberg de Bach et produire à la fois une partition et un enregistrement libres de droits (23 748 dollars).

De manière peut-être plus inattendue, on trouve également sur Kickstarter des projets citoyens d’Open Data combinant licences libres et crowdfunding. Une initiative propose par exemple de créer une carte libre des transports en commun de Cincinnati pour inciter les citoyens de la ville à utiliser davantage et mieux ces infrastructures (ça ne vous rappelle rien ? ;-). Un autre projet, RDTN.org (Radiation Detection Hardware Network) proposait de rassembler des fonds pour acheter du matériel permettant de procéder à des relevés des taux de radiation au Japon, de manière à pouvoir critiquer les chiffres avancés par le gouvernement, toutes les données collectées étant placées sous licence CC0. Il a rassemblé plus de 36 000 dollars et propose d’évoluer vers une sorte d’Open Street Maps de vigilance citoyenne sur la radioactivité.

Encore plus surprenants, ce sont les projets qui proposent de placer des objets physiques sous licences libres, comme des puces électroniques ou des fraiseuses de salon, permettant de réaliser soi-même toutes sortes d’objets dans l’esprit de l’impression 3D ! Dans le projet de fraiseuse Open Source DIYLILCNC 2.0, les contributeurs à partir d’un certain niveau de dons peuvent aussi voter pour faire évoluer le projet dans tel ou tel sens, ce qui renforce la dimension collaborative.

On le voit, les possibilités sont vastes pour créer des modèles économiques avec des licences libres. Certains projets placent leurs produits sous des licences très ouvertes, en assurant le financement en amont par le biais du crowdfunding. D’autres conservent la restriction NC (pas d’usage commercial) pour pouvoir mettre en œuvre des formes d’exploitation commerciale des produits créés, tout en garantissant des usages ouverts par le biais des licences Creative Commons.

Cette page ne recense pas tous les projets utilisant les licences Creative Commons sur Kickstater, loin de là et je vous laisse continuer l’exploration des possibles, si ce sujet vous intéresse.

Évidemment, je ne prétends pas que cette combinaison du crowdfunding et des licences libres a pour vocation de remplacer entièrement les formes traditionnelles de financement, mais elle ouvre des pistes intéressantes et présente l’intérêt de mettre directement en relation les créateurs et leurs publics, plutôt que de les dresser les uns contre les autres et de perpétuer la rente de situation d’intermédiaires dont l’utilité devient de moins en moins évidente.

39 réflexions sur “Licences libres et crowdfunding : une combinaison gagnante !

  1. Merci pour ce billet !
    J’imagine que le livre trouvera des lecteurs :)
    Vous pouvez peut-être en laisser un sur un banc comme font parfois certains lecteurs avec des livres, même si l’anglais ne devrais pas donner le même impact à ce geste.

    1. Excellente idée, de tenter le cross-booking avec certains de ces livres ! Merci !

      Je pensais aussi faire quelques envois personnalisés, à Eric Walter et Marie-Françoise Marais de la Hadopi par exemple, pour leur prouver qu’il peut y avoir création et modèle économique sans copyright.

      Ou aux membres du CSPLA (Conseil Supérieur de la Propriété Littéraire et Artistique) !

      Votre remarque sur la langue est pertinente également et a meilleure chose que nous pourrions faire de ce côté de l’Atlantique serait de traduire cette BD en français.

      A voir.

  2. > j’ai eu le plaisir de recevoir la semaine dernière non pas 5 minibooks
    > comme promis mais 15, grâce à l’argent supplémentaire récolté.

    J’espère que ça arriver pour moi aussi, j’attends mon “Custom Mimi & Eunice sketch” avec impatience :)

    1. Effectivement, c’est une lacune importante de mon article, car rien n’interdit de lancer sur kisskissbankbank des projets utilisant les licences Creative Commons.

      Du côté français, on trouve également d’autres plateformes de crowdfunding, comme Ulule (http://fr.ulule.com/) ou Yooook (https://yooook.net/).

      J’en avais parlé dans ce billet sur les modèles économiques alternatifs : http://scinfolex.wordpress.com/2010/06/23/repenser-le-financement-de-la-creation-a-lere-du-numerique-compte-rendu-festival-libre-acces-2010/

  3. Bonjour,

    Je suis convaincu également que l’alliance des nouvelles solutions de partage et de financement ouvrent de nouvelles perspectives. Le plus bel exemple est pour moi le projet de long métrage espagnol http://www.elcosmonauta.es/. La maison de production madrilène Riot cinéma collective redéfinit complètement le modèle de production et de diffusion et montre comment le cinéma indépendant peut s’affirmer et se réinventer grâce à internet. Je tiens un blog pour raconter cette aventure monartisteleblog.fr

    Et merci pour vos articles
    Nicolas

    1. Bonjour,

      La série de billets que vous avez écrits sur le projet El Cosmonauta est vraiment très intéressante : http://www.monartisteleblog.fr/category/el-cosmonauta-2/

      J’avais déjà parlé dans S.I.Lex du producteur espagnol Riot Film, qui fait un usage judicieux des licences Creative Commons : http://scinfolex.wordpress.com/2011/07/05/the-power-of-open-innover-et-reussir-avec-les-licences-creative-commons-22/

      Je ne manquerai pas de suivre à présent votre blog.

      Cordialement,

      Calimaq

      Lionel

  4. Ping : Les autres modèles économiques des licences libres » OWNI, News, Augmented

  5. Ping : Les nouvelles licences libres - SCIencextrASCIencextrA

  6. merci pour ce billet. Votre précédent sur Glujar m’avait également bcp intéressé. Il me semble évident que ce type de système associant crowdfunding et licence libre peut avoir un avenir prometteur dans le domaine académique.
    Il n’en demeure pas moins que cela pose aussi la question de la rétribution des auteurs. Est-ce que dans l’exemple cité ou dans d’autres cas, le financement réunit couvre une part de rémunération d’auteur?

    1. Oui, regardez ici sur cette page du site Gluejar : http://www.gluejar.com/content/how-it-works

      Il est bien indiqué que la somme d’argent à récolter pour libérer les livres est destinée à rétribuer l’éditeur et l’auteur (je serais d’ailleurs assez curieux de savoir selon quelle clé de répartition).

      Je pense comme vous que la cible première de Gluejar/Unglue.it sera les ouvrages scientifiques, mais j’ai l’impression qu’Eric Hellman travaille pour que des livres de fiction fassent partie de la première vague des livres à libérer.

      Nous verrons bien !

  7. Christian

    @emm_f: C’est dommage de traduire en français un jeu de mot qui porte sur un mot anglais.

    Je suggérerais plutôt « Propri-étron intellectuelle ».

  8. Ping : Licences libres et crowdfunding : une combinaison gagnante ! | :: S.I.Lex :: | vademecum

  9. Ping : L’édition sous licence libre, une utopie ? (bookcamp 4) | :: S.I.Lex ::

  10. L.I.A.R.

    Je suis prêt pour aider à la traduction aussi, bien que je n’aie pas encore vu et que je ne sois pas aussi imaginatif que emm_f ou Christian :) Mais ça sera un joli défi :)

    Et vive Nina !!!! Pour ceux qui ne connaîtraient pas ses autres travaux, je vous conseille « Sita Sings the Blues » pour une petite soirée culturelle sur l’Inde bien sympa ou les strips « Nina’s Adventures »

  11. Ping : L’édition sous licence libre, une utopie réaliste » OWNI, News, Augmented

  12. Ping : La combinaison gagnante crowdfunding + Licence libre | Le blog de MonArtiste La combinaison gagnante crowdfunding + Licence libre | analyse les nouvelles pistes de financement

  13. Ping : Licences libres et crowdfunding : une combinaison gagnante ! | Biens Communs | Scoop.it

  14. Ping : Bibliocratie : l’édition à compte d’auteurs | Le blog de MonArtiste Bibliocratie : l’édition à compte d’auteurs | analyse les nouvelles pistes de financement

  15. Ping : Innovations juridiques en matière d’édition numérique (II) | :: S.I.Lex ::

  16. Ping : Fellin » Veille actu et médias du 19 septembre 2011

  17. Ping : Bibliocratie : le crowdfunding à la française | eBouquin « Valor de Cambio

  18. Ping : Licences libres et crowdfunding : une combinaison gagnante ! | Innovation sociale | Scoop.it

  19. Ping : Licences libres et crowdfunding : une combinaison gagnante ! | Economie sociale et solidaire, Alternatives | Scoop.it

  20. Ping : Panorama digital: La edición bajo licencia libre ¿Una utopía? | Revista Lecturas

  21. Ping : Licences libres et crowdfunding : une combinais...

  22. Ping : Crowdfunding sans licences libres = piège à gogos ? | :: S.I.Lex ::

  23. Ping : Sans partage, le crowdfunding n’a pas d’avenir. | Le blog de mon artiste

  24. Ping : Crowdfunding : Offrir une large place aux droits du public et au partage | Soosoo Economics

Laisser un commentaire - attention en laissant un commentaire sur ce blog, vous acceptez définitivement qu'il soit placé sous la licence CC0.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s