Gaspard Koenig, Lost (in) Connection ?

Ceux qui ont l’habitude de lire ce blog y ont déjà croisé le nom de Gaspard Koenig, essayiste et président du Think Tank ultra-libéral Génération Libre. Au mois de janvier dernier, cette organisation s’était signalée en publiant le rapport « Mes Data sont à moi ! », remettant en avant la thèse de la «patrimonialité des données personnelles». L’idée consiste à modifier le statut juridique de ces informations afin de pouvoir les traiter comme des biens monétisables par les individus, notamment auprès des grandes plateformes numériques qui les exploitent aujourd’hui « gratuitement ». Cela revient à prôner l’instauration d’un droit de propriété sur les données personnelles, rompant avec l’approche actuelle qui les protège comme des attributs de la personne humaine. En filigrane, cette approche ultra-libérale assimile toute forme de droit fondamental à une propriété dont il conviendrait de laisser la garantie à la main invisible du marché, plutôt que de s’en remettre à des règlementations jugées inefficaces.

« Fuir, là-bas fuir ! Je sens que des réseaux sont libres », semble nous dire un Gaspard Koenig pris d’un élan mallarméen…

De nombreuses personnes ont déjà pris position contre cette idée, ainsi que plusieurs autorités (Conseil d’État, CNNum, CNIL). J’ai déjà eu moi-même l’occasion d’expliquer à quel point j’étais en désaccord avec ce type de propositions (notamment dans une tribune co-rédigée avec Laura Aufrère publiée en février dernier par Libération). Mais Gaspard Koenig a écrit le 4 septembre une chronique dans Les Échos, intitulée « Pourquoi il faut fuir Facebook et Twitter » qui mérite de s’y attarder, car elle me paraît assez révélatrice des lourdes contradictions affectant cette thèse de la patrimonialité des données personnelles.

Petite « Data Détox » d’été

En substance, Gaspard Koenig nous explique dans sa chronique qu’il a profité de l’été pour se déconnecter des réseaux sociaux et qu’il a décidé à la rentrée de les abandonner après avoir réalisé leur nocivité, tant sur le plan individuel que collectif. Comme d’autres qui ont tenté ce genre d’expériences, il raconte l’épreuve que cela a constitué pour lui de se couper ainsi des plateformes. Il emploie d’ailleurs les termes de « désintoxication » ou de « sevrage » pour décrire son ressenti et évoque des symptômes qui ne sont pas sans rappeler des crises de manque :

J’ai profité de ces deux mois d’été pour me sevrer des réseaux sociaux . Au début, mon pouce tremblait devant l’appli scintillante où les notifications s’accumulaient. Mon cerveau s’agitait après chaque ligne d’écriture, en manque de distractions. Mon coeur battait à la moindre mesure étatiste que je me retenais de commenter.

Je n’avais plus ma dose quotidienne de news plus ou moins fake, de vidéos de chatons, de polémiques bouffonnes, d’excitation et d’irritation. Je dus me résoudre à noter mes impressions dans un carnet plutôt que de les poster à la face du monde, à appeler mes amis plutôt que de les taguer, à me satisfaire de mon existence plutôt que de m’en vanter.

Après quelques semaines difficiles, où j’avoue m’être trouvé souvent au bord de la rechute, mon organisme s’est remis à fonctionner normalement.

Tout ceci n’est pas très surprenant, car les neurosciences ont effectivement montré que les réseaux sociaux agissent sur différentes parties de notre cerveau (lobe pariétal, système limbique, amygdale, etc.) en lui apportant des gratifications qui induisent des comportements addictifs (voir ce dossier de Science & Vie et la vidéo ci-dessous).

Gaspard Koenig insiste également sur les risques que les réseaux sociaux font courir au niveau collectif au débat public et à la démocratie, évoquant « l’abêtissement du débat public, l’hystérie partisane, la dictature de l’émotion, le retour du politiquement correct et la désinformation de masse » que ces outils provoqueraient.

A vrai dire, si toute autre personne que Gaspard Koenig avait écrit cette tribune, j’aurais plutôt été tenté d’applaudir (j’ai moi-même quitté Facebook en avril dernier, pour protester contre la manière dont ce réseau social a bafoué le RGPD à l’occasion de la mise à jour de ses CGU). Mais s’agissant d’un des principaux chantres de la patrimonialité des données personnelles, cette soudaine prise de conscience me paraît hautement contradictoire…

Vendre ou quitter, il faut choisir…

Gaspard Koenig réaffirme en effet dans cette chronique son attachement à la thèse de la propriété sur les données, en rappelant l’influence de l’américain Jaron Lanier qui défend cette position depuis plusieurs années :

Jaron Lanier m’avait déjà persuadé, dans son précédent ouvrage, que la rémunération des données personnelles était une nécessité économique et morale pour échapper à la domination des grandes plateformes.

Mais il n’est pas nécessaire de réfléchir bien longtemps pour s’apercevoir qu’on ne peut en même temps prôner la vente de nos données personnelles aux réseaux sociaux et appeler à les quitter sans tomber dans une complète contradiction ! Car si les individus devaient céder leurs données à Facebook ou Twitter contre espèces sonnantes et trébuchantes, ce serait bien entendu à condition d’utiliser leurs services, sinon on ne voit pas sur quoi la transaction pourrait porter… Allons même plus loin : il est bien certain que si les internautes étaient rémunérés par une plateforme, il leur serait d’autant plus difficile de la quitter, car ce lien monétaire viendrait s’ajouter aux autres formes de freins qui compliquent la décision d’abandon.

Quitter Facebook, une décision plus difficile à prendre qu’il n’y paraît, car c’est la puissance du sentiment d’être rattaché au « graphe social » qui nous retient…

C’est d’ailleurs précisément sous cet angle que nous critiquions la thèse patrimoniale au début de l’année avec Laura Aufrère, en faisant valoir que sous couvert de lutter contre « la domination des plateformes », elle revenait au contraire à renoncer définitivement à faire valoir nos droits face à elles :

Les espaces et les gestes de notre intimité, nos relations humaines pensées et vécues comme privées et non productives deviennent une matière première monnayable. Cette prédation révèle la violence technique, économique et politique du processus de financiarisation et appelle une conversation collective sur la façon dont nous voulons faire société : souhaitons-nous que chaque pan de notre vie numérique soit assimilable à une marchandise ?

En réalité, «réparer» les conséquences de cette extrême violence par la négociation d’une soi-disant «propriété privée» réduit la question politique du vivre-ensemble à l’abandon de toute volonté collective de débat démocratique.

Aucune compensation monétaire ne pourrait jamais « compenser » ou « réparer » les dommages individuels ou collectifs qu’infligent des acteurs comme les grandes plateformes lucratives. C’est la raison pour laquelle cette promesse d’une rémunération contre l’usage des données ne constitue en réalité qu’un « miroir aux alouettes ». Mais Gaspard Koenig croit-il lui-même encore à cette « fausse solution » ? On peut se le demander, car à quoi bon instaurer un droit de propriété sur les données personnelles si le mot d’ordre est à présent de quitter les plateformes pour se préserver de leurs effets négatifs ? A quoi bon posséder si l’on renonce à fréquenter l’acheteur ?

En mai dernier, c’est-à-dire juste avant d’entamer sa « Data Détox » estivale, Gaspard Koenig défendait pourtant encore dans une tribune l’idée de vendre nos données aux plateformes :

Aujourd’hui, nos données sont de facto monétisées par les plateformes, le plus souvent à travers la commercialisation de bases de données agrégées qui sont quant à elles soumises au droit de propriété intellectuelle… Les 4 milliards de profits générés chaque trimestre par Facebook proviennent des contenus que nous produisons et que nous lui abandonnons. La patrimonialité permettrait de réclamer la part qui nous revient.

Cela n’a juste aucun sens et la logique voudrait que Génération Libre abandonne à présent purement et simplement cette revendication, si le think tank suit le même cheminement de son président…

Faire le deuil du « libre arbitre » ?

Mais au-delà de cette première contradiction, il y en a une bien plus profonde qui apparaît à la lecture de la chronique de Gaspard Koenig, puisqu’elle touche aux fondements philosophiques sur lesquels Génération Libre faisait reposer la propriété des données. Notre champion libertarien décrit en effet l’utilisateur des réseaux sociaux comme un « junkie qui se trouve toujours d’excellentes raisons » de ne pas lâcher sa came. Et il va encore plus loin dans ce passage surprenant :

Il faut surmonter la peur panique de paraître antimoderne et constater sereinement que les réseaux sociaux minent nos démocraties et annihilent notre libre-arbitre. Nous devenons, comme l’écrit Lanier, des zombies.

Utilisateur d’un réseau social en train d’effectuer un calcul d’utilité pour savoir s’il doit ou non vendre ses données…

Plaît-il ? Les plateformes auraient sur notre entendement un effet si puissant qu’elles nous priveraient de « libre arbitre« , c’est-à-dire – si les mots ont un sens – de notre capacité à faire des choix rationnels ? Pourtant, la thèse de la patrimonialité des données repose intrinsèquement sur l’idée qu’il serait plus efficace de s’appuyer sur les décisions des individus-propriétaires sur le marché plutôt que sur des normes générales. On peut le lire en toutes lettres dans le rapport de Génération Libre :

Notre proposition consiste à déplacer la responsabilité de la donnée de la plateforme ou de l’entreprise vers son propriétaire. De cette responsabilité en découle des droits lui permettant de mieux protéger ses données personnelles, ou a minima, de renverser le pouvoir économique vers le consommateur des services et d’en faciliter sa protection.

La belle affaire que cette «responsabilité», si le propriétaire en question est réduit à l’état de mort-vivant décérébré ou de junkie dominé par ses addictions ! Or c’est précisément ce qui fait qu’on ne peut s’appuyer sur la fiction de l’homo œconomicus pour réguler l’usage des données personnelles. Ce que décrit Gaspard Koenig dans sa tribune traduit en fait l’état de dépendance et de quasi-subordination que subissent les individus sur les plateformes, du fait de l’asymétrie exorbitante de la relation dans laquelle ils sont insérés. Faire peser sur l’individu isolé la négociation de ses droits dans un contexte aussi déséquilibré ne peut conduire qu’à une forme de sujétion, d’autant plus redoutable qu’elle s’appuierait en apparence sur le consentement exprimé à travers l’acte de vente des données.

Je pense, donc je suis, donc je me possède, donc je possède mes données, donc je peux les vendre… L’ultra-libéralisme s’appuie sur un vieux fond de philosophie cartésienne postulant la libre volonté du sujet, sans tenir compte des conditions extérieures qui toujours la sur-déterminent.

C’est d’ailleurs exactement ce qui ressort des premières études conduites suite à l’entrée en vigueur du RGPD. Une association norvégienne de protection des consommateurs a en particulier bien montré que les choix des individus sont biaisés par des « dark patterns » (schémas obscurs) inscrits dans le design même des plateformes, qui influencent nos décisions par des incitations insidieuses et contournent ainsi l’obligation de respecter notre « consentement éclairé ».

En 2014, c’était déjà pour ce genre de raisons que le CNNum avait déconseillé la création d’un droit de propriété sur les données personnelles, considérant que cette idée «renvoie à l’individu la responsabilité de gérer et protéger ses données, renforce l’individualisme et nie le rapport de force entre consommateurs et entreprises». Gaspard Koenig a toujours critiqué le « paternalisme » dont serait imprégnée cette position ; en bon libertarien, il lui préfère l’invocation de la « propriété de soi » (self-ownership) qui justifierait de « donner à l’individu sa pleine indépendance, à commencer par son pouvoir sur lui-même » en lui permettant de vendre ses données comme il le souhaite.

Mais comment tenir encore ce genre de discours lorsque l’on a soi-même admis que les plateformes « annihilent notre libre arbitre » ? On comprend au contraire que le CNNum ou le Conseil d’Etat recommandent de fixer des limites à ce que l’individu peut consentir dans une situation de domination. C’est aussi ce que nous dit le RGPD lorsqu’il impose que le consentement donné soit bien « libre », c’est-à-dire exprimé dans des conditions excluant des pressions ou des marchandages qui pourraient le fausser. La CNIL admet d’ailleurs que le consentement exprimé puisse ne pas être valide si l’individu qui le donne est exposé à subir des conséquences négatives en cas de refus.

Le problème, c’est que les thèses ultra-libérales sont en réalité intimement liées à cette fiction désincarnée du « libre arbitre », car c’est sur elle que repose leur préférence radicale pour l’individualisme méthodologique. Si bien qu’en faisant dans sa chronique l’aveu de cette perte d’autonomie et de discernement qu’il a lui-même éprouvée dans son rapport avec les plateformes, Gaspard Koenig scie littéralement la branche sur laquelle il avait assise la patrimonialité des données…

La possibilité d’une île numérique

Encore une fois, il ne s’agit pas de critiquer la décision de quitter les réseaux sociaux, qui est en elle-même plutôt salutaire. Le geste de Gaspard Koenig reflète d’ailleurs une prise de conscience collective qui semble en train de s’opérer, vu qu’une enquête montre qu’un quart des américains auraient supprimé l’application Facebook de leur téléphone en réaction au Scandale Cambridge Analytica. Mais on pourrait alors attendre un minimum de cohérence de sa part et qu’il abandonne aussi dans la foulée l’idée de la patrimonialité des données personnelles. Sans doute est-il plus simple pour un ultra-libéral de maîtriser son addiction aux réseaux sociaux que de se défaire de sa profonde dépendance intellectuelle vis-à-vis du paradigme propriétariste et du dogme de l’homo œconomicus !

Encore un effort, a-t-on envie de dire ! Encore un effort et le libertarien deviendra peut-être en sus un libriste, car voici ce qu’il nous dit à la fin de sa chronique :

En attendant qu’un petit génie de la Silicon Valley invente un algorithme non addictif et un modèle économique libéré de la publicité, je propose de suivre les conseils de Nietzsche et de réapprendre à ruminer.

Nul besoin d’attendre un tel Deus Ex Siliconia, car le réseau social Mastodon existe déjà, s’appuyant sur des logiciels libres et une fédération de serveurs pour casser les effets négatifs de la centralisation en offrant la garantie que les données personnelles ne sont pas exploitées. A ma connaissance, on n’y a cependant jamais vu le bout du nez de Gaspard Koenig, mais peut-être écrira-t-il bientôt une nouvelle tribune dans Les Échos pour nous raconter qu’il a choisi d’y faire son nid numérique ?

« Lost in Connection », c’est ce que je me suis dit en lisant cette chronique de rentrée, tant les propos tenus me semblaient incohérents. Mais un échange avec Irénée Régnauld, l’auteur de (l’excellent) blog Mais où va le Web ?, m’a fait comprendre la logique à l’œuvre derrière ce non-sens apparent :

Si un droit de propriété sur les données personnelles était instauré, la masse des internautes pourrait bien aller vendre ses données aux plateformes – comme le prolétariat l’a fait avant elle pour sa force de travail – même s’il s’agit d’un (nouveau) marché de dupes. Soyons certains en revanche que l’élite ultra-libérale reprendrait ses billes numériques pour les placer en lieu sûr. Ce serait d’ailleurs tout à fait cohérent avec le nouvel imaginaire des libertariens, qui rêvent de se réfugier dans des îles artificielles paradisiaques où pourrait se recréer une société « idéale », loin du contact de la foule et de l’étouffante souveraineté des États. Gaspard Koenig a même consacré une chronique à ce sujet dans les Échos, dans laquelle il ne cache pas son attirance pour ce genre d’idées sécessionnistes !

Pour eux, la possibilité d’îles numériques coupées de la jungle des plateformes ; pour nous, la possibilité de vendre nos données en abdiquant au passages nos libertés : voilà le vrai visage de la patrimonialité…


7 réflexions sur “Gaspard Koenig, Lost (in) Connection ?

    1. Merci pour la lecture ! J’avais vu l’annonce de ce débat, mais je n’ai pas pu me libérer pour y aller. Génération Libre devait aussi organiser une « Nuit de la Data », avec Jaron Lanier, qui a hélas été annulée. Il y aura peut-être d’autres occasions…

  1. Merci pour cette analyse. peut-être serait il possible pour contrer la conception libertarienne de la liberté de s’appuyer sur le concept de « liberté sociale » d’axel Honneth qui permet de centrer le débat de la liberté sur la démocratie plutôt que sur le marché ( Honneth le droit de la liberté).

    1. Belle pensée en effet que celle d’Axel Honneth ! Je n’y avais jamais songé, mais il y aurait sans doute des liens à faire entre sa « théorie de la reconnaissance » et ce que j’appelle de mon côté les « données sociales » (et d’autres « données relationnelles ») pour casser justement l’emprise du paradigme individualiste dans notre appréhension des données personnelles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.