A découvrir d’urgence : les « Classiques connectés » chez Publie.net

Aujourd’hui, un nouveau livre numérique paraît chez Publie.net, écrit par Olivier Ertzscheid. Il est intitulé « Les Classiques connectés » et il s’agit de la compilation d’une série de billets initialement parus sur son blog Affordance, dans lesquels Olivier détournait des classiques de la littérature pour leur faire parler des problématiques numériques qu’il nous a habitués  à analyser avec brio depuis des années.

Cliquez sur l’image pour accéder au site de Publie.net

Olivier ne s’est pas contenté de rassembler ces textes pour en faire un ebook. Il les a aussi liés ensemble par le biais d’une fiction « à la Borgès », qui leur donne encore davantage de relief.

Le fantasme de la bibliothèque universelle de Borges est réalisé. Un programme d’intelligence artificielle mis au point conjointement par Google et Amazon a généré l’ensemble des livres pouvant être écrits. Dans ce qui fut le désert du Nouveau-Mexique, un territoire grand deux fois comme la ville de New-York abrite, sous terre, la plus grande banque de données de la planète : Textotal IV. La totalité des textes, écrits ou restant à écrire y est stockée. Le site s’appelle le Mundaneum 2.

Olivier m’a fait le grand plaisir de me demander d’écrire une préface pour cet ouvrage, en m’invitant à exprimer ce que ces textes m’inspiraient à propos du remix, du pastiche, du domaine public et plus largement des usages transformatifs, dont je parle souvent sur ce blog.

Il m’a aussi autorisé à publier ce texte sur S.I.Lex et je le colle à la suite de ce billet. J’espère qu’il pourra vous donner envie d’acheter le livre numérique chez Publie.net, sachant que conformément à la politique de cet éditeur, vous recevrez un fichier sans DRM, ni tatouage numérique et pour un prix comparable à celui d’un livre de poche. 

Sur les épaules des géants (et au-delà)

« Nous sommes assis sur les épaules des géants ».  Cette citation bien connue traduit une vérité profonde du processus créatif : tout se transforme et la nouveauté d’aujourd’hui plonge toujours peu ou prou ses racines dans des fondations posées hier. Malgré tout, sont-ils si nombreux ceux qui osent  non seulement s’inspirer des classiques de la littérature, mais directement y porter la main pour en retoucher la lettre afin de leur donner une nouvelle signification ?  Il faut indéniablement avoir un certain culot pour réécrire La Fontaine, Baudelaire, Aragon ou St-Exupéry tant ces auteurs ont acquis une « aura » qui fait qu’on ne peut y toucher qu’en tremblant…

C’est pourtant ce qu’a fait Olivier Ertzscheid à travers ses « Classiques connectés » : détourner plusieurs textes marquants pour leur faire parler de ce que nous aimons dans l’environnement numérique et de ce qui nous inquiète dans son évolution. Ce qui marque à la lecture de ces pages, c’est que l’on n’est pas ici vraiment en présence de « pastiches » traditionnels, au sens d’un simple « à la manière de… ». Des portions des textes d’origine sont conservées, tandis que d’autres ont été modifiées et  apparaissent comme telles sous les yeux du lecteur, grâce au jeu de la typographie. La « musique » des textes reste la même, mais les paroles ont été partiellement changées, produisant un effet étrange de familiarité et de distance à la fois.

Plus que du pastiche, ce type de transformations relève du remix ou du mashup, des formes incrémentales de créativité qui constituent peut-être le meilleur de ce que nous a apporté la culture Internet. Il n’est pas très étonnant que quelqu’un d’aussi profondément immergé dans les usages numériques qu’Olivier ait choisi ce mode particulier d’expression. C’est généralement du côté de la musique ou de la vidéo que s’épanouissent  les pratiques de remix. En matière d’écrit, elles restent cependant plus rares. Quand ils s’emparent des histoires qu’ils aiment, les internautes en font plutôt des fanfictions pour inventer de nouvelles aventures à leurs personnages préférés, en brisant au passage les codes et en faisant entrer en collision les univers.

Ici avec ces « Classiques connectés », on est en présence d’une forme de « poésie transformative », qui rentre difficilement dans les cases traditionnelles. C’était déjà vrai pour la série de billets parus sur le blog Affordance, mais ça l’est encore plus pour cette anthologie où Olivier, un peu à l’image du Cervantès de Don Quichotte, s’amuse en plus à « s’effacer » comme auteur de cette création. Il imagine que ces textes aient pu être générés automatiquement par des algorithmes, obligeant à leur « inventer » des auteurs. Déjà troublante en soi, cette spéculation le devient plus encore lorsque l’on sait que certains posent aujourd’hui très sérieusement la question de savoir si on ne devrait pas reconnaître un droit d’auteur pour les robots…

Si on regarde à présent cet exercice de style avec l’œil d’un juriste, on peut dire qu’il est né à la fois d’une liberté et d’une audace. Une liberté tout d’abord, parce qu’Olivier est allé puiser une grande partie de son matériau de base chez des auteurs dont les œuvres appartiennent au domaine public. Certes, le droit moral persiste en théorie sans limite dans le temps, et il s’oppose à ce qu’on porte atteinte à « l’intégrité » ou à « l’esprit » de l’œuvre.  Mais pour un La Fontaine ou un Baudelaire, il n’y a plus « d’ayants droit » susceptibles de venir crier à la « dénaturation », ce qui permet de remixer en paix…

Olivier s’est déjà illustré à plusieurs reprises comme un ardent défenseur du domaine public. Il l’a fait notamment avec beaucoup de courage à propos du Journal d’Anne Frank, en dénonçant le fait que l’œuvre puisse rester protégée au-delà des 70 ans après la mort tragique de son auteure en raison d’un incroyable imbroglio législatif. Mais il n’est rien de plus important pour la défense du domaine public que de s’emparer concrètement des libertés qu’il nous donne pour créer à notre tour. On oublie trop souvent que le domaine public n’est pas seulement fait pour que des firmes comme Disney y puisent la substance de leur prochain film. Ce patrimoine nous « appartient » à tous et ce recueil a le grand mérite de le raviver de la plus belle manière.

Mais aussi étrange qu’il puisse paraître, cet ouvrage s’appuie aussi sur une audace, dans la mesure où il reprend plusieurs textes toujours couverts par le droit d’auteur. Le drame qui a frappé Charlie Hebdo en janvier 2015 nous a cruellement rappelé à quel point la parodie et la caricature étaient essentielles pour la liberté d’expression. La jurisprudence a conforté ces dernières années cette exception au droit d’auteur, notamment suite à plusieurs procès perdus par la Société Moulinsart, détentrice des droits sur l’œuvre d’Hergé, qui cherchait à juguler les parodies de Tintin.

Pourtant les juges ont limité la liberté de détourner des œuvres préexistantes, en la confinant à un simple « droit au rire ». Il est permis de s’appuyer sur les créations d’autrui, mais à condition de s’en servir pour se moquer ou pour railler. Selon cette conception, reprise récemment par la Cour de Justice de l’Union Européenne, il n’est pas permis de réutiliser une œuvre uniquement pour rendre hommage à un auteur que l’on apprécie ou pour prolonger sa création dans une nouvelle direction.

Il en résulte une vaste « zone grise » au sein de laquelle restent plongées bon nombre des pratiques transformatives sur Internet. En 2008, le juriste Lawrence Lessig, père des licences Creative Commons, publiait son ouvrage « Remix » dans lequel il expliquait à la fois l’importance de ces usages pour la dynamique de la culture et la nécessité pour le droit de s’adapter pour leur permettre de s’épanouir. Presque 10 ans plus tard, force est de constater que cette question n’est hélas toujours pas tranchée et qu’une partie de la création contemporaine se construit sur des bases fragiles, dans un climat de prohibition larvée.

C’est pourquoi on conseillera au lecteur de garder un sourire aux lèvres en lisant les pages de cette anthologie, ce qui ne devrait pas être très difficile étant donné que certains passages sont hilarants. Mais comme souvent chez Olivier, il y a dans ces textes plusieurs niveaux de lecture imbriqués et on en retirera aussi de quoi méditer longtemps et profondément sur des enjeux aussi fondamentaux que la Neutralité du Net, le droit à l’oubli, la protection des données personnelles ou l’emprise des grandes plateformes.

Ceux qui pensent encore que les pratiques transformatives relèvent de la paresse ou du parasitisme  devraient se plonger dans ces « Classiques connectés » pour se convaincre qu’elles peuvent au contraire être porteuses d’une véritable valeur ajoutée ! Comme le laisse entendre Olivier, chaque création contient des milliers d’œuvres potentielles que l’on peut déplier dans de multiples directions inattendues pour augmenter ce que l’auteur originel n’a pas écrit (et parfois ne pouvait tout simplement pas prévoir).

Dans le Mundaneum 2 qu’imagine Olivier, il doit forcément exister une loi écrite qui réconcilierait la considération pour les auteurs avec la liberté de création. Puissions-nous un jour avoir suffisamment d’intelligence collective pour la découvrir…

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s