Ce que le Monopoly peut nous apprendre sur les biens communs

A la fin de la semaine, la rumeur a couru qu’Hasbro avait l’intention de supprimer la case prison du célèbre Monopoly, afin de diminuer la durée des parties. La nouvelle a suscité une certaine émotion chez les aficionados du jeu, avant que l’éditeur ne publie un démenti. L’objet du présent billet n’est pas d’épiloguer sur cet épisode, mais à cette occasion, il se trouve que j’ai rebondi d’articles en articles sur les pages Wikipedia parlant du Monopoly.  On y apprend des choses assez fascinantes sur les origines de ce jeu, notamment du point de vue de la propriété intellectuelle.

L’Histoire du Monopoly a quelque chose d’important à nous dire à propos des biens communs, sur la manière dont ils peuvent naître, mais aussi disparaître.

Monopoly Jail. Par Melissa Hinca-Ownby. CC-BY-NC-SA. Source : Flickr.
Monopoly Jail. Par Melissa Hinca-Ownby. CC-BY-NC-SA. Source : Flickr.



Le Monopoly, un serious game sur les biens communs ?

Le Monopoly a en effet l’image du jeu capitaliste par excellence, où l’on joue avec de l’argent pour se livrer à de la spéculation immobilière, dans l’objectif de pousser ses adversaires à la banqueroute. Mais il faut savoir qu’à l’origine, le Monopoly est dérivé d’un jeu plus ancien, dont le but était de montrer les effets sociaux négatifs de l’appropriation des terres et du système de rente qui l’accompagne.

C’est en 1903 qu’une américaine du nom de Elizabeth (Lizzie) J. Magie Phillips a l’idée de passer par un jeu – le Landlord’s Game – pour mieux faire comprendre les théories de l’économiste Henry George. Celui-ci, à l’origine d’un mouvement appelé le Georgisme, estimait que s’il existe bien une propriété sur ce que les hommes créent par eux-mêmes, il n’en est pas de même pour les objets naturels, et notamment les terres, qui devraient appartenir à tous. Pour compenser les effets négatifs sur le plan social du monopole exercé par les propriétaires fonciers, il prônait la mise en place d’une land value tax, afin de partager la rente au sein de la société.

L’article de la Wikipedia en anglais, consacré à Henry George, est intéressant à citer (je traduis) :

Henry George est connu pour avoir défendu l’idée que l’économie de la rente foncière devait être partagée au sein de la société plutôt que faire l’objet d’une appropriation privée. On peut trouver l’expression la plus claire de ce point de vue dans l’ouvrage Progrès et Pauvreté : « Nous devons faire des terres une propriété commune ». En taxant la valeur des terres, la société serait en mesure de se réapproprier son héritage commun et d’éliminer le besoin d’instaurer des taxes sur l’activité productive […]

Plusieurs environnementalistes, comme Bolton Hall ou Ralph Borsodi, ont repris cette idée que la Terre doit être considérée comme une propriété commune de l’Humanité. Le Parti Vert américain a repris dans son programme l’idée d’une taxe écologique, incluant une taxation de la valeur des terres et des taxes ou des amendes sur les activités polluantes […].

Henry George. Domaine Public. Source : Wikimedia Commons.

Ces conceptions font écho à certains éléments de la théorie des communs, et notamment à l’épisode du mouvement des enclosures, qui vit les seigneurs anglais du XIIIème au XVIIème siècle, démanteler progressivement les droits d’usage dont bénéficiaient les populations pour certains champs ou forêts. Ce « drame historique » originel est fondateur de la pensée des biens communs et il est toujours présent aujourd’hui au sein de ceux qui réclament la récupération des biens communs de la nature, notamment pour lutter contre la crise environnementale.

Il n’est donc pas abusif de dire que le Landlord’s Game de Lizzie L. Maggie Phillips était une sorte de serious game avant l’heure, destiné à faciliter la compréhension d’une théorie proche de l’esprit des Biens Communs ! Il n’en reste pas moins que Lizzie choisit de déposer un brevet sur création, qui lui fut accordé en 1904, et elle chercha sans succès à placer le jeu chez un éditeur pour le faire diffuser. Du point de vue de la propriété intellectuelle, elle s’est donc placée du côté de l’appropriation privée et vous allez voir que ce ne sera pas sans conséquence sur la destinée du jeu !

Le plateau du Landlord’s Game, d’après le brevet déposé en 1904. Par Lucius Kwok. CC-BY. Source : Wikimedia Commons.

L’histoire d’un jeu « volé »

En effet, si aucun éditeur ne fut intéressé par le jeu, jugé trop complexe, il commença néanmoins à se répandre aux Etats-Unis, à partir de versions artisanales fabriquées par Lizzie Maggie. Au cours de ce processus de dissémination, de nombreuses personnes apportèrent des modifications et des améliorations successives au jeu. Une version notamment, appelée The Fascinating Game Of Finance, commença à devenir populaire dans certaines universités (dont le MIT). Au début des années 30, un certain Charles Todd rencontra à Atlantic City une personne dénommée Charles Darrow, à qui il apprit ce jeu. La crise de 29 sévissait alors et Charles Darrow, qui cherchait à rebondir après avoir perdu son emploi, décida de perfectionner le jeu et d’essayer de le caser chez un éditeur. Aidé par sa famille et un dessinateur qu’il embaucha, il apporta de nouvelles modifications, notamment sur le graphisme des cases, et finit par déposer un copyright sur le tout en 1933.

Portrait de Charles Darrow. Source : Wikimedia Commons

Il tenta sa chance auprès de l’éditeur de jeux Parker Brothers, mais il essuya lui aussi un refus, le jeu étant toujours jugé trop compliqué. Il décida alors de le publier lui-même de manière artisanale et le jeu rencontra rapidement un tel succès que Parker Brothers se mit à reconsidérer son point de vue. Les deux parties firent affaire et Charles Darrow déposa un brevet en 1935, que l’éditeur acquit afin de pouvoir diffuser le jeu sous le titre de Monopoly.

Par la suite, le jeu connut le destin que l’on sait, mais Charles Darrow prit le soin de se présenter comme le créateur unique du jeu, en gommant soigneusement les apports de ses prédécesseurs et en particulier ceux de Lizzie Maggie. Le message originel du Landlord’s Game, et ses critiques du monopole sur les propriétés foncières, fut maquillé et oublié, jusqu’à ce qu’il ne reste plus que cette simulation cynique de spéculation immobilière que nous connaissons.

Le plateau de jeu créé par Darrow était circulaire. Une des modifications qu’il introduisit a « perverti » le sens du jeu original de Lizzie Maggie. En effet, dans son jeu, on achète les terrains, alors que dans le LandLord’s Game, on les loue. (Source de l’image : The History Blog)

Lizzie Maggie protesta cependant en 1936, par le biais d’un article paru dans la presse, en rappelant la filiation du Monopoly avec son propre jeu. Parker Brothers choisit alors de sécuriser ses arrières en achetant les droits sur le Landlord’s Game à Lizzie Maggie pour 500 dollars, avec l’engagement qu’il diffuserait son jeu, mais sans prévoir de royalties dans le contrat, ce qui signifie que Lizzie renoncerait à exercer son copyright. La Wikipedia française indique que Lizzie Maggie a peut-être renoncé volontairement à ses droits sur le jeu pour en assurer une meilleure diffusion :

En 1931, Charles Darrow, chômeur, découvre le jeu grâce à des voisins. Il crée alors un jeu très proche et le propose à Parker Brothers, qui le refuse notamment parce qu’il était trop complexe. Charles Darrow commercialise alors le jeu par ses propres moyens et obtient un succès tel qu’en 1935, Parker Brothers lui achète les droits du jeu. La firme rachète ensuite les droits originaux à Elizabeth Magie en 1936 ; celle-ci les cède à bas prix, sans droits d’auteur : elle n’est pas intéressée par l’argent mais veut la diffusion du message du jeu.

Toujours est-il que Parker Brothers diffusa confidentiellement le Landlord’s Game, alors qu’il tira le Monopoly à des dizaines de milliers d’exemplaires. Il prit également le soin de racheter les brevets déposés sur d’autres versions du jeu, comme The Fascinating Game of Finance, afin de se protéger au maximum. Dans le même temps, Charles Darrow fut mis systématiquement en avant afin d’accréditer la thèse d’un créateur unique. Parker Brothers réussit donc, par une sorte de mise en abîme, par recréer un monopole de propriété intellectuelle sur le jeu, alors qu’il était largement le fruit d’un processus de création collective. La stratégie était payante, puisque Darrow – premier créateur de jeu à être devenu millionnaire – étant décédé en 1967, le Monopoly restera protégé jusqu’en… 2038 !

Monopoly vs Anti-Monopoly

Néanmoins, la « supercherie » de Darrow finit par être révélée, à l’occasion d’une affaire en justice retentissante, qui a éclaté en 1973 et ne s’est achevée qu’en 1985. Ralph Anspach, professeur d’économie, avait décidé de créer un Anti-Monopoly, car il trouvait que le Monopoly donnait une image trop positive des monopoles (notez que cette impression vient du fait que Darrow a modifié l’esprit initial du Landlord’s Game de Lizzie Maggie). Mais Parker Brothers a estimé qu’il y avait là violation de la marque qu’il détenait sur le Monopoly. Il s’en est suivi un véritable pugilat judiciaire au cours duquel Anspach pour se défendre a mis à jour les origines du Monopoly et les nombreux emprunts de Darrow à des versions antérieures.

Anti-Monopoly Cover. Source : Wikimedia Commons.

Anspach choisit alors un angle de défense particulièrement intéressant. Il soutint en effet que le Monopoly du fait de l’appropriation collective dont il avait fait l’objet jusqu’aux années 30 était en fait dans le domaine public avant que Parker Brothers n’en acquière les droits. Et la justice lui donna dans un premier temps raison, en considérant qu’il y a avait bien eu « dilution » de la marque Monopoly sur laquelle Parker Brothers ne pouvait revendiquer d’exclusivité. Mais la société réagit en menant une campagne de lobbying forcenée qui conduisit le Congrès à modifier la loi sur le droit des marques aux Etats-Unis pour empêcher que le Monopoly ne tombe dans le domaine public.

Finalement, l’affaire se régla au bout de plus de 10 années de litiges en 1985, par un arrangement, en vertu duquel Parker Brothers conserva sa marque et Anspach obtint des dédommagements et une licence pour commercialiser l’Anti-Monopoly. Au cours du procès cependant, il fut révélé que Darrow avait servilement copié certains éléments du jeu, allant jusqu’à reproduire des fautes d’orthographe commises par Charles Todd, son voisin qui lui avait montré la première fois comment jouer à partir d’une version de son cru…

Et si le Monopoly avait été publié sous Copyleft ?

Au final, cette histoire est édifiante, dans la mesure où elle montre combien il est difficile de constituer une chose en bien commun, qui ne puisse plus faire l’objet appropriation exclusive. La volonté de Lizzie Maggie semblait bien à l’origine de faire en sorte que son jeu se diffuse le plus largement possible afin de répandre ses idées. Mais en renonçant à ses droits au bénéfice de Parker Brothers, elle leur a permis en réalité d’enclencher un processus de réappropriation de sa création, avec au final un détournement majeur du sens qu’elle voulait lui donner. Le comportement de Charles Darrow montre aussi la fragilité de ces créations collectives, nées dans la Vallée du Folklore, qui peuvent toujours basculer sous la coupe d’un seul, se faisant passer pour le démiurge ayant tout inventé.

Cette histoire rappelle aussi le destin de la nouvelle « L’homme qui plantait des arbres » de Jean Giono, sur laquelle il ne réclama pas de droits sa vie durant afin qu’elle se diffuse, mais qui a terminé copyrightée chez Gallimard après la mort de l’auteur.

En réalité, si nous transposions cette histoire à notre époque, Lizzie Maggie aurait eu le moyen d’accomplir son dessein en se prévenant de ces risques. Au lieu de déposer un brevet sur sa création, elle aurait pu la publier sous licence Creative Commons CC-BY-SA. En la faisant connaître sur Internet, elle aurait évité d’avoir à passer par un intermédiaire de type d’éditeur, avec de forts risques d’accaparement des droits. Le Landlord’s Game aurait pu faire l’objet d’un processus d’appropriation et d’amélioration collectives, à la différence qu’à la manière d’un logiciel libre, toutes les versions dérivées auraient dû rester sous CC-BY-SA, en vertu de la clause de partage à l’identique.

Sa création serait restée ainsi libre et elle n’aurait pas connu cette « dégénérescence » sous la forme du Monopoly… Voilà donc ce que nous apprend le Monopoly sur les biens communs : l’importance fondamentale des mécanismes prévenant la réappropriation exclusive et notamment des clauses Copyleft de partage à l’identique.

Revanche du Landlord’s Game ?

Mais l’histoire n’est pas encore entièrement finie et le Landlord’s Game aura peut-être un jour sa revanche sur le Monopoly. En effet, il y a quelques mois, des défenseurs du revenu de base et de la monnaie libre ont « hacké » les règles du jeu pour le transformer en « Monopoly relativiste ». L’idée consiste à distribuer aux joueurs un revenu de base, afin de leur permettre d’assimiler cette notion et son impact sur les échanges économiques.

On revient donc ici à l’esprit même du Landlord’s Game et nul doute que Lizzie Maggie aurait apprécié ce pied-de-nez ! D’autant plus que le revenu de base a plus d’un lien avec la théorie des biens communs, ce que j’ai déjà eu l’occasion d’évoquer ici. Le revenu de base peut en effet être justifié par le fait que nous disposons d’une propriété commune sur le capital culturel, scientifique et technique que nous ont légué nos ancêtres et que nous léguerons à notre tour aux générations futures.

Pensez-y la prochaine fois que vous jouerez au Monopoly, mais surtout ayez une pensée pour Lizzie Maggie !

27 réflexions sur “Ce que le Monopoly peut nous apprendre sur les biens communs

  1. Shin

    Super intéressant. Un question cependant, la version US des droits d’auteurs ne m’étant pas parfaitement acquise :
    A propos de ce passage => « Anspach choisit alors un angle de défense particulièrement intéressant. Il soutint en effet que le Monopoly du fait de l’appropriation collective dont il avait fait l’objet jusqu’aux années 30 était en fait dans le domaine public avant que Parker Brothers n’en acquière les droits. »
    Comment le jeu peut il être tombé/monté dans le domaine public alors que l’auteur originel (qui avait par ailleurs cédé ses droits) était encore en vie ?
    La justice parle de dillution de la « marque » Monopoly, alors que la défense semble viser le « jeu » et son appropriation avant que la marque n’existe: même en jugeant que le jeu appartient à tous, en quoi cela toucherait à la force de la marque « Monopoly »? Il semble que même dans ce cas, le jeu « anti-monopoly » pourrait exister librement pour ce qui est du jeu et ses règles, mais pas du point de vu de la dénomination, non?

    1. Oui, vous avez raison. J’ai trop simplifié ce passage. Anspach se défendait du point de vue du droit des marques, parce que c’était sur ce terrain qu’il était attaqué. Quand il parle de « domaine public », c’est en effet la dilution de marques qu’il voulait prouver.

      De toutes façons, les règles des jeux de sociétés ne peuvent pas être protégés en principe par le droit d’auteur. C’est donc seulement le graphisme du jeu qui peut l’être, ou son thème s’il est suffisamment développé, mais pas mes mécanismes du jeu en eux-mêmes.

      Je trouve aussi assez étonnant qu’on puisse breveter des jeux de société. Il ne me semble pas que cela corresponde à ce qui est protégeable par un brevet et je ne pense pas que ce soit possible en France.

      Donc ce qui est protégé ici, c’est bien la marque, le copyright ne pouvant de toutes façons jouer qu’à la marge.

      1. Shin

        Okay : Donc ce n’est pas le système de jeu (dont le dépôt de brevet me gène aussi) qu’ils cherchaient à diluer mais la marque, en considérant que l’emploi généralisé le rendaient descriptif du bien, c’est ça? comme pour « Klaxon »?

        1. Oui, je pense que c’est ça. Il faudrait cependant aller voir cette décision de justice pour savoir exactement la teneur des arguments qui ont été échangés. Il est certain que la dilution de marque a constitué la ligne de défense principale d’Anspach, mais j’aimerais savoir s’il a développé d’autres arguments.

  2. Reblogged this on Things I grab, motley collection and commented:
    Le moins qu’on puisse dire c’est que le message d’origine, de Lizzie Maggie, semble plutôt perdu. Un peu comme l’intention du créateur du BasketBall d’en faire une sport auquel tout le monde, quelle que soit la condition physique, puisse jouer.

  3. Ce que l’on fait du jeu comme vision prospective du monde. Mais aussi ce que le jeu fait de nous. Dans L’espèce humaine , Robert Antelme démontre que le camp de concentration est la cristallisation la plus pure du capitalisme dans la mesure où il fait du corps une matière première : disons que le Monopoly revu par Darrow, avec sa forme fermée consacre la circumambulation comme dévotion à la puissance et à la jouissance de l’accaparement et, in fine, de la destruction, de la ruine de l’autre. Un jeu de dépossession à la portée des pauvres.

    1. B. Majour

      Oui, exact.

      Sauf que dans le monopoly, tous les joueurs commencent avec la même somme d’argent. Et le banquier est un joueur qui sépare son compte des comptes de la banque.

      Dans la vraie vie, le banquier ne sépare pas son compte de ses propres intérêts. (il ne va jamais en prison non plus. La banque ne va jamais en prison, ses employés peut-être.)
      Un à deux joueurs de la partie commencent avec une confortable avance monétaire, disons 5 % de tout l’argent de la banque.

      Et à présent, commencez à jouer la partie.
      Si on veut rendre la partie un peu moins dégueulasse, le banquier s’engage à verser 10 % de la somme d’achat à chaque joueur, lorsqu’il achète un terrain. (Maximum 8 joueurs, je le rappelle, dont le banquier ;-) )

      Là, on comprend vite ce qu’il en est de la dépossession.

      Bien cordialement
      B. Majour

  4. Albert

    merci pour vos articles, celui ci est particulièrement intéressant. C’est terrible de voir un jeu très ludique à l’origine se faire dépossédé totalement de sa pensée originale pour finir en pâture à l’idéologie libérale.

  5. Ping : Ce que le Monopoly peut nous apprendre sur les ...

  6. Khaled

    Merci pour l’article. Dans les détournements des Monopoly vous en avez un assez intéressant, qui s’appelle le Tiers-mondopoly et avec une version plus récente nommée le Mondopoly. Il incite plus à la coopération et sur les problématiques paysannes du Tiers-Monde. On est dans la peau d’un paysan du Pérou. Je ne connais pas la licence de ce jeu.

  7. Ping : Revenu de base (de vie, universel, etc.) | Pearltrees

  8. C’est vrai qu’il faudrait aussi mettre les jeux sous des licences Creative Commons (CC0 notamment). Rubik ne donne pas le bon exemple.

    Idem pour toute création destiné à quelque usage.

  9. Ping : Le monopoly, les biens communs et la propriété intellectuelle | Le blog du Programme Lascaux

  10. Ping : Ce que le Monopoly peut nous apprendre sur les ...

  11. Ping : Ce que le Monopoly peut nous apprendre sur les biens communs « SAM7BLOG42

  12. Despite the chaos, Thomas Cook remains a going concern.
    It cheap holidays abroad has a private bathroom tent a few metres away.
    Since we had been through a difficult period, but offset by cost
    savings. Then, from 1974 to 1980, he was told.
    In the middle of a strategic review of its UK retail
    division, Ian Derbyshire. 50, from £11, and downgrade to a reduce recommendation [from hold] on
    the back of the lower outlook. Bars sell tapas for 1. http://cheap-holidays.moonfruit.com

  13. Almost 300 reported 3 percent or more fast loans of the cost
    of your trip. Pressure mounts on Brown as banks
    fail to pass on to banks, she said, he was blasé,
    telling her, » It was not true to say we politely declined. Income-Based Repayment Plan: under this plan, your monthly payments are, student loan debt has fast loans surpassed $1 trillion, more than the yield on the top-rated tranche was 2. http://carloansforeveryone.blog.co.uk

  14. This park has fully equipped holiday homes and a tent and touring caravan section rich
    in quality shower blocks making it perfect whether you own your own van you
    aren’t. Static caravans spend a great deal of their useful lives sited in parks that
    can be at the other end with the country using their owners be subject
    to the vicissitudes of wind, rain, normal deterioration and of
    course thieves as well as squatters. Mobile homes or mobile caravans have a great deal of advantages. http://ong.mschosting.org/elgg/profile/MatthewRo

  15. So if you are about to buy a policy at 17 is minimal, but is significant if he waits until 21.
    According to the British Insurance Brokers’ Association
    BIBA, motor insurance premiums being carried out by the BBC.
    The premiums of women and men pay an average of 1, 799. Scroll
    down for video reportThe ‘gender equality’ ruling means young men cannot
    be charged more than is fair, or young men will have to pick up the tab. http://www.peaceworks.se/index.php?q=projektetdilocondibujosstartariguatemala

  16. First a little background, Hicks defaulted
    on a loan with a cash advance on money expected at the end of
    most zero-down loan programs, but veterans can still qualify for such a loan is
    simple. The loans that they are encountering as they endeavor to save their home from foreclosure.
    The mild-mannered leader remains hopeful that
    the England under-21 international will eventually take legal loans action and with a court appointed liquidation
    team, rather than the 7 per cent at September 30, 2012. http://happygnomepublishing.com/?p=23656

Les commentaires sont fermés.